VOTE | 90 fans

#201 : Sur les chapeaux de roues !

Résumé court : Les vacances sont finies et l'heure de la rentrée a sonné, avec son lot de surprises en tout genre. Diana apprend que Carmen lui a retiré l'organisation de la comédie musicale pour la confier à Adela et Cristobal. Vexée, elle s'en prend aux élèves de deuxième année qu'elle accuse d'avoir régressé pendant les vacances et qu'elle menace d'une sanction inattendue. Une fronde s'organise au sein de la classe. De son côté, Pedro découvre que Sylvia sort avec Roberto et furieux, il envoie balader Lola qui tentait un rapprochement. Du coup, celle-ci décide de se consoler dans les bras du premier venu. Pendant ce temps, Juan et Cristobal, temporairement SDF, vont chercher asile chez Gaspar, qui accepte de les héberger à certaines conditions. On voit débarquer une nouvelle élève, Marta, qui se révèle être la soeur d'Adela, qu'elle n'a pas vu depuis de nombreuses années...

>> CAPTURES

Vidéos

Examen d'entrée de Marta

Examen d'entrée de Marta

  

Cours de musique

Cours de musique

  

chorégraphie

chorégraphie

  

Plus de détails

ÉPISODE 021

Écrit par
Réalisé par

Avec : Beatriz Rico (Diana de Miguel) - Natalia Millán (Adela Ramos) - Alfonso Lara (Juan Taberner) - Víctor Mosqueira (Cristóbal Soto) - Mónica Cruz (Silvia Jáuregui) - Beatriz Luengo (Lola Fernández) - Dafne Fernández (Marta Ramos) - Silvia Marty (Ingrid Muñoz) - Miguel Ángel Muñoz (Roberto Arenales) - Pablo Puyol (Pedro Salvador) - Raúl Peña (Jerónimo « Jero » Ruiz) - Pedro Peña (Antonio Milá) - Jaime Blanch (Gaspar Ruiz) - Lola Herrera (Carmen Arranz) 

 

Pedro est en train de s’inscrire pour sa 2ème année à l’école de Carmen Arranz lorsqu’il est rejoint par Lola qui a l’air toujours aussi amoureuse de lui qu’avant.

Juan et Diana arrivent à l’école en même temps et discutent de leurs vacances respectives lorsqu'Ingrid sort de la voiture de Juan. Un léger malaise s’installe entre Diana et son ex.

Pedro attend Silvia lorsqu’il voit Erika et Rafaël. Il va leur dire bonjour et Rafaël  sort une canette de bière. Mais Antonio la lui confisque. Antonio et Pedro parlent un peu lorsqu'Antonio retourne dans l’école. Pedro fait la connaissance d’une jeune et jolie fille: Marta.

A l’intérieur de l’école, Antonio explique aux nouveaux les épreuves d’admission pour entrer dans l’école en tant qu’élèves. Marta voit au loin Adela.

Lola rejoint Ingrid qui est en train de porter ses affaires et celles de Juan. Pedro trouve les deux filles et entre avec elles dans l’école. Roberto et Silvia arrivent ensemble en moto.

En salle des profs, Cristobal montre à Gaspard et à Juan les transformations qu’il compte faire dans son appartement. Carmen arrive et annonce la démission de Claudia. Carmen et Gaspard annoncent à Diana qu’elle ne s’occupera pas du spectacle de fin d’année mais que cette tâche reviendra à Cristobal et Adela. Diana le prend très mal et sort de la pièce.

Ingrid et Lola sont dans leur chambre quand Antonio arrive avec l’emploi du temps et le règlement intérieur. Un fois le vieillard partit, Pedro arrive dans la chambre des filles pour leur demander si elles n’avaient pas vu Silvia.

Pedro retrouve Silvia en cours de danse moderne, ils parlent de leurs vacances. Diana arrive et fait faire des étirements à ses élèves. Une fois la musique lancée, Diana est désespérée car le niveau de ses élèves a énormément baissé. Elle décide d’arrêter le cours.

Les professeurs font passer les épreuves d’admissions aux nouveaux. Marta se présente et épate tous les profs. A la fin de sa chorégraphie, Marta s’approche d’Adela mais le portable de celle-ci sonne. Le candidat suivant met le feu au théâtre, alors Cristobal prend la veste de Gaspard pour tenter d’éteindre le feu. Adela arrive avec l’extincteur.

La sonnette d’alarme est enclenchée et Antonio tente en vain de calmer les élèves affolés. Carmen entre dans la chambre de Juan et le trouve en train d’embrasser Ingrid. Carmen demande au professeur de musique de quitter la résidence.

En entrant en cours de chant, Pedro commence à s’excuser auprès de Silvia lorsque Gaspard entre dans la salle pour donner le cours, vu qu’il n’y a pas de remplaçante actuellement. Gaspard demande à Pedro de chanter. Lola rêve, éveillée, lorsqu’elle voit Pedro. Mais le rêve de la jeune fille devient très vite un cauchemar lorsqu’elle remarque que la chanson d’amour de Pedro s’adresse à Silvia. Roberto dit à Pedro qu’il sort avec Silvia.

Marta regarde la salle de danse quand Cristobal arrive. Marta demande où est Adela Ramos mais Juan coupe la conversation en demandant à Cristobal de l’héberger. Lola bouscule un jeune homme qui passe les admissions. Tous les élèves de 2ème année sont convoqués en salle de danse. Lola invite Pedro au cinéma mais il refuse en l’envoyant balader. Diana arrive dans la salle de danse et pèse chaque élève un par un. Les résultats ne satisfaisant pas la prof. Elle décide donc de faire passer un test de niveau le lendemain et les élèves échouant retournerons en 1ère année.

Juan et Cristobal arrivent chez ce dernier quand ils ont la mauvaise surprise de trouver la police. L’appartement de Cristobal s’est effondré  à cause des travaux qui ont été faits.

Lola et Ingrid font des exercices dans leur chambre. Lola décide de ne plus se laisser faire avec les garçons. Ingrid se sent coupable de ce qui est arrivé à Juan. Antonio entre et dit qu’il y a des changements au niveau des chambres, Silvia vient s’installer.

Cristobal est endormi dans sa salle de cours quand ses élèves arrivent. Ils décident de faire comme leur professeurs et de se coucher. Gaspard entre et réveille Cristobal. Une fois les élèves sortis, Juan rejoint Gaspard et Cristobal. Le directeur des études propose de les héberger.

A la caféteria, Cristobal et Adela parlent de l’écroulement de l’appartement mais Cristobal préfère changer de sujet. Adela propose la comédie musical « Cabaret » pour le spectacle ce qui convient parfaitement à Cristobal. Adela parle de son voyage sur la croisière de l’amour et Cristobal est soulagé d’apprendre que Adela n’était pas avec un homme contrairement à Carmen.

Dans les vestiaires Lola parle de nouveau avec le garçon de la veille. Marta cherche Adela. Les 2ème années décident de faire exprès de mal danser au test de Diana en croyant qu’ils ne pourront pas tous être recalés. La 2ème fois, les élèves dansent bien mais pour Louisa, Erika, Ingrid et Silvia, les cours de 2ème année sont terminés.

Cristobal et Juan arrivent chez Gaspard. Ingrid appelle Juan pour lui dire qu’elle a était recalée par Diana. Lucia, l’ex-femme de Gaspard lui annonce que le juge lui a accordé l’appartement.

Silvia et Ingrid sont déçus de retourner en 1ère année. Silvia en veut à Roberto car il l’a laissée tomber tout comme les autres pendant le test.

Lola embrasse le garçon auquel elle a parler plus tôt. Silvia, Ingrid et Pedro sont étonnés. Le nouveau est obligé de partir car Antonio va fermer les portes de la résidance.

 Diana décide de s’en prendre à Adela car elle est la préférée de Carmen. Mais la directrice met fin à la conversation. Martha arrive enfin à parler à Adela et lui dit qu’elle est sa sœur. Adela et Marta ne s’étaient pas vu depuis 11 ans…

 

Rédigé par Hypmatt

[Centre ville de Madrid | Jour]

Pedro sort d'un photomaton et attend que ses photos d'identités se développent. En attendant, il remplit un formulaire d'inscription pour l'école. Lola qui passe par là, l'interpelle.

Lola : Ce n'est pas vrai. Ne me dit pas que tu n'es pas encore inscrit ?

Pedro : Ouais c'est tout moi ça. Il faut toujours que je m'y prenne en retard.

Lola : Je n'ai pas le moral. ça y'est les vacances sont fini. 

Pedro : Ah, moi je suis super content. Je commençais à m'ennuyer sérieusement. J'ai hâte de reprendre les cours et puis de revoir les autres.

Lola : Et tu penses à quelqu'un en particulier ?

Pedro : Non.

Lola : Ah bon. 

Les photos de Pedro sont développées. Il les prend.

Pedro : Qu'est-ce que c'est que cette machine de ...

Lola : Qu'est-ce qui se passe ?

Pedro : J'ai patienté pour récupérer les photos d'un autre.

Lola : Fait voir.

Pedro donne les photos à Lola. Cette dernière les regarde.

Lola : Moi je le trouve plutôt beau gosse.

Pedro reprend les photos et les regarde.

Pedro : Il ne faut pas non plus exagérer.

Lola soupire puis s'en va. 

 

Générique

 

[Devant l'école de Carmen Arranz] 

Luisa : Eh ! Comment ça Junior ?

Luisa se précipite sur Junior et se jette dans ses bras. Une voiture arrive derrière eux et klaxonne.

Luisa : Du calme, pas la peine de s'énerver mon grand.

Luisa et Junior se dirigent vers la voiture et s'aperçoivent que le conducteur est Juan.

Luisa : Ah, salut Juan. ça va ?

Juan se gare. Junior se moque de Luisa. On peut apercevoir une autre voiture, celle de Diana, qui se gare à côté de celle de Juan.

Diana : Juan !

Juan qui est descendu de sa voiture, se retourne vers Diana.

Juan : Comment ça va ?

Juan s'avance vers Diana.

Diana : Je n'en reviens pas, tu es ponctuel. Pour une fois, ça fait plaisir dit donc.

Juan : Ouais et alors ces vacances ?

Diana : Bien, j'en ai profité. J'ai fait du sport, j'ai voyagé à droite à gauche. Et toi ?

Juan : Bah moi je suis parti camper.

Diana : Ah bon ! C'est bien. C'est vrai, ça aurait été dommage que notre toile de tente finisse moisi à la cave.

Ingrid : Salut Diana. ça va ?

Diana : ça va. Bien.

Un silence s'installe pendant quelques secondes. 

Diana : Bon, il faut que je me dépêche. Alors à tout à l'heure.

Juan : A tout à l’heure.

Diana s’en va et Juan se dirige vers Ingrid qui est à côté de la voiture.

Ingrid : On n’aurait peut-être pas dû arriver ici ensemble.

Juan : Non ce n’est pas grave. Bon, il ne faut pas que je traine. Tu peux te débrouiller avec tout ça ?

Ingrid : Je crois que je n’ai pas le choix. Euh … On se voit plus tard ?

Juan : Il y a intérêt.

Ingrid : Ecoute Juan, surtout ne te sens pas obligé. Enfin ce que je veux dire c’est qu’on a passé des vacances merveilleuses et je comprends parfaitement que l’été soit une chose et que ta vie normale en soit une autre.

Juan : Premièrement, je crois que je n’ai jamais eu de vie normale. Et deuxièmement je me fiche pas mal que ce soit l’été, l’hiver ou l’automne. J’ai envie d’être avec toi.

Juan et Ingrid s’embrassent.  

Juan : Enfin, à condition que tu veuilles encore de moi.

Ingrid : Oui.

Juan fait un signe à Ingrid puis s’en va.

 

[Devant les portes de l'école ]

 

Pedro semble attendre quelqu’un devant les portes de l’école. Soudain il aperçoit son ami Rafa suivi d’Erika.

Pedro : Eh rafa !

Rafa : Ouh Pedro ! Mon vieux, alors ça roule ?

Rafa prend Pedro dans ses bras.

Pedro : Comment tu vas ?

Rafa: Ouais super, je suis content de te voir.

Pedro fait la bise à Erika.

Rafa : Regarde ce que j’ai apporté. Une petite bière, histoire de fêter la rentrée.

Antonio : Qu’est-ce que c’est que ça ?

Antonio prend la canette de bière des mains de Rafa.

Antonio : Je te signale que l’alcool est toujours prohibé dans l’enceinte de l’école. Donne-moi ça.

Antonio prend le sac de bière de Rafa.

Antonio : Et entrez vite. Dépêchons !

Erika et Rafa obéissent et se dirige dans l’école.

Rafa (à Erika) : ça commence très fort cette année.

Antonio : Tu viens Pedro ? Il faut distribuer les formulaires aux premières années.

Pedro : J’arrive tout de suite. Mais là j’attends quelqu’un.

Antonio : Et ce quelqu’un c’est Silvia, non ?

Pedro : J’aurai dû partir en vacance avec elle.

Antonio : Ah, il ne faut pas t’en faire. Dis-toi bien que dans la vie, tout a une solution sauf bien entendu ce qui n’en a pas. C’est évident. Mais je sûr qu’entre vous deux tout va s’arranger.

Antonio regarde la canette de bière.

Antonio : Bonne marque.

Antonio rentre dans l’école. Pedro se retourne et tombe nez à nez  avec une jeune femme.

Marta : Pardon mais je cherche …

Pedro : Ah oui les inscriptions. C’est à l’intérieur.

Marta : Merci.

Marta entre dans l’école.

 

[Dans le hall de l’école]

Antonio : Du calme ! Pas de bousculades ! Il y en aura pour tout le monde. Les épreuves s’étalent sur trois jours. Ça commence aujourd’hui à neuf heures par l’épreuve libre. Si vous êtes admis vous serez convoqués demain pour le théâtre. Et le jour suivant pour la danse.

Jeune homme à Marta : Et l’épreuve libre c’est du théâtre ou de la danse ?                

Marta hausse les épaules.

Marta : ça je n’en ai aucunes idées.

Marta semble chercher quelqu’un des yeux. Puis quand elle aperçoit Adela, la jeune femme esquisse un sourire.

 

[Extérieur de l’école]

Lola court après Ingrid qui porte des sacs et un carton. 

Lola : Eh la belle rousse, tu n’arriveras jamais à rentrer tout ça dans la chambre.

Ingrid : Lola !

Ingrid et Lola se prennent dans les bras.

Ingrid : Tu es superbe.

Lola : C’est gentil.

Ingrid : Non moi j’ai qu’un sac, le reste est à Juan.

Lola : Ah alors comme ça vous avez commencé à mélanger vos bagages.

Ingrid : Et pas seulement nos bagages. Et toi, dis-moi, est-ce que tu as fait des progrès de ce côté-là ?

Lola fait non de la tête.

Ingrid : Oh alors c’est que tu es un cas désespéré.

Lola : Je suis vouée à la solitude.

Ingrid rigole.

Ingrid : Oh tu trouveras peut-être le prince charmant cette année.

Lola : On verra.

Ingrid : Alors commence à chercher.

Pedro : C’est à cette heure-là qu’on arrive.

Ingrid : Eh !

Ingrid et Pedro se font la bise.

Lola : ça va Pedro ?

Pedro : Ouais et toi ?

Pedro prend le carton d’Ingrid ainsi que la valise de Lola.

Pedro : Donne je vais le prendre. (À Lola) Après vous jeune fille.

Les filles et Pedro entrent dans l’école. Une moto arrive sur le parking de l’école. Une jeune femme y descend puis un jeune homme. Le jeune homme enlève son casque et on découvre que c’est Roberto.

Roberto : Bon. Ça y’est mon cœur on est arrivés.

La jeune femme enlève également son casque.

Silvia : C’est drôle, j’ai l’impression que c’était hier la fin des cours.

Roberto : Ouais. Il s’en sera passé des choses en deux mois.

Roberto embrasse Silvia. Puis cette dernière prend son sac et le couple entre dans l’école.

 

[Salle des professeurs]

Cristobal : Voilà plus ou moins en quoi consistent mes travaux. Ce n’est pas compliqué.

Il montre l’exemple grâce une maquette.

Cristobal : J’ai enlevé une cloison ici, une cloison là et j’ai transformé l’appartement en loft.

Juan : En loft ? C’est drôle mais vu d’ici, ça fait plutôt garage.

Cristobal : Tu n’y connais rien.

Gaspard : La salle de bain non plus n’a pas de murs ?

Cristobal : La salle de bain elle est là au milieu.

Gaspard : Mais attends. Laisse-moi essayer. Si tu mettais un mur ici, ça serait mieux, non ?

Juan : Mais non. Ce n’est pas ça qu’il faut faire. Au lieu d’enlever le mur tout entier. Tu mets ça ici et tu laisses un espace là.

Cristobal : ça suffit sortez de ma maison, espèces de vandales. Non mais.

Juan : Mais ne te fâche pas.

Carmen entre dans la salle

Carmen : Je suppose que vous avez déjà tous les horaires des cours, les sessions d’orientations et autres informations nécessaires.

Gaspard se lève du canapé.

Gaspard : Oui, nous n’avons plus qu’un professeur de chant à trouver. A propos Carmen, la décision de Claudia est définitive ?

Carmen : Oui.

Juan : Elle démissionne ?

Carmen : Cette féministe a paraît-il rencontré l’homme de sa vie et elle n’a plus l’intention de travailler.

Gaspard : Dans ce cas, je vais chercher une remplaçante dès que possible.

Diana : Au fait Carmen pendant que je te tiens. J’avais pensé monter West Side Story avec les deuxièmes années.

Carmen : Euh... Il faut qu’on parle Diana. Il va y avoir pas mal de changements en ce qui concerne ceci.

Diana : Avertit moi assez vite parce que j’ai déjà bien avancé sur le sujet.

Carmen : Euh... Autant de mettre au courant. Nous avons décidé que … Cristobal et Adela se chargeraient cette année de cette partie du spectacle.

Diana se lève de sa chaise.

Diana : Ah bon, nous ? Et ça veut dire qui nous ?

Carmen : Le directeur des études et moi.

Gaspard : Oui Diana ne te sens pas personnellement visé mais nous pensons que c’est mieux pour l’école.

Diana : C’est moi qui est le plus d’expérience.

Carmen : Ce n’est pas ton expérience qui est en cause. Mais plutôt ton manque d’implication dans l’école. Et je ne tiens pas à ce que tu nous laisse en plan comme l’année dernière.

Diana : C’est bon ! Fin du débat. Je n’ai pas du tout l’intention de polémiquer. Tu voulais caser ta favorite. (À Adela) Bravo c’est bien jouer. Félicitation.

Adela : Bon ça suffit. Carmen je n’ai pas envie de m’attirer des problèmes.

Carmen : épargne moi ce genre de gamineries aujourd’hui, je ne suis pas d’humeur. Tu peux t’en charger ?

Adela : Oui.

Carmen : Bon alors c’est réglé. Poursuivons.

 

[Chambre de Lola et Ingrid]

Lola : Ingrid, est-ce que tu vas utiliser ce tiroir ?

Ingrid : Non va s’y, étale-toi. Cette nuit je laisserai mes affaires dans la chambre de Juan.

Lola : Alors ça veut dire que tu vas vivre avec lui ?

Ingrid : Le plus tôt sera le mieux.

Le visage de Lola se ferme.

Ingrid: ça t’embête ?

Lola : Non, non. Seulement tu vas me manquer.

Ingrid : Je serai dans la chambre du dessus. Il n’y a pas de quoi se rendre malade.

Ingrid prend Lola dans ses bras.

Ingrid : Tu veux que je te montre mon tatouage ?

Lola : Oui, tu l’as fait où ?

Ingrid déboutonne son short et montres son tatouage à Lola.

Lola : Oh une guitare ! Ce qu’elle est belle.

Ingrid : Une stratoscaster. C’est Juan qui l’a choisi.

Lola : C’est très mignon. Moi je suis allée me faire faire un piercing dans le nombril.

Ingrid : Fait voir.

Lola : Mais au dernier moment, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu peur et du coup …

Antonio frappe à la porte de la chambre et entre.

Antonio : Bon alors, ces feuilles contiennent les horaires et le règlement intérieur de la résidence. Je vous affiche ça là. Quant au règlement, il stipule qu’il interdit d’introduire de l’alcool, de fumer de la marijuana et évidemment de consommer toutes substances prohibées. Il est interdit d’héberger une personne d’extérieur pour la nuit.

Lola donne un coup de coude à Ingrid.

Antonio : Il interdit de se balader nue dans les couloirs et -il besoin de le préciser ?

Ingrid : Carton plein, il n’y en a pas une qu’on n’est pas enfreint jusqu’ici.

Antonio : Et pour finir, il est toujours interdit de cuisiner à l’intérieur des chambres de la résidence.

Ingrid : Antonio tu ne le trouves pas dépasser ce règlement ?

Antonio : Maintenir l’ordre, ça n’a rien de dépasser.

Antonio regarde la table.

Antonio : C’est pourquoi faire ce réchaud ?

Ingrid : ça m’a servi cet été en camping.

Antonio : Très bien. Confisqué jusqu’à l’été prochain.

Antonio sort de la chambre avec le réchaud dans les mains.

Ingrid : Il est remonté cette année.

Pedro : Et vous n’avez pas vu Silvia ?

Ingrid : Oh elle doit être épuisée entre le jet lag et la jet set. Bon allez c’est l’heure, va-t’en il faut qu’on se prépare.

Pedro : Bon on se voit en cours.

Pedro s’en va en refermant la porte derrière lui. Lola est énervé que ce dernier est posé la question.

 

[Salle de danse]

Silvia dépose son sac sur le banc puis part s’échauffer au milieu de la salle. Pedro entre dans la salle et s’approche de Silvia.

Pedro : Je me demandais où tu étais.

Pedro et Silvia se font la bise.

Pedro : Les vacances t’ont réussi, tu es magnifique.

Silvia : Oui. Et toi ça s’est passé comment ?

Pedro : Bah j’ai bossé tout le temps, j’ai eu super chaud et je me suis ennuyé comme un rat mort.

Silvia : Voilà.

Diana : Bonjour et bienvenue à tous.

Pedro : Bon bah on en reparle tout à l’heure ?

Silvia fait oui de la tête.

Diana : Allez, allez. Je sais que ça fait deux mois, que vous ne vous êtes pas vu et que vous vous aimez beaucoup. Mais on verra ça plus tard. Vous allez d’abord me montrer que vous n’avez pas oublié de travailler. On se met en place, allez !

Les élèves de deuxième année s’échauffent puis se mettent à danser. Puis Diana arrête la musique.

Diana : Bon on arrête. Qu’est-ce qui se passe ? Vous vous fichez de qui là ?

Roberto : Diana c’est notre premier cours.

Luisa : Et tu mets la barre un peu haut.

Diana : Vous êtes en deuxième année et je ne vais pas vous ménager. Que les choses soient claires, je ne veux que des élèves à 100% dans ma classe. On va reprendre au début.

Roberto aux autres garçons : Qu’est-ce qu’elle a, elle n’a pas pris de vacances ?

José à Pedro : On ferait bien de se bouger, elle n’a pas l’air de rigoler. Aller va s’y toi d’abord.

Diana remet la musique et les élèves se mettent à danser. Mais celle-ci s’aperçoit qu’aucun ne connaît la chorégraphie.

Diana : Bon ça suffit, c’est infligeant, vous êtes nullissimes. Silvia c’est très mauvais, qu’est-ce que tu as fait cet été ?

Silvia ne répond pas.

Diana : Très bien. Je crois qu’on a assez perdu de temps comme ça. Il est clair que vous n’avez rien fichu pendant les vacances. Dans ce cas je suis navrée mais je ne peux pas assurer le cours.

Lola : Mais alors on ne danse plus ?

Diana : Il va d’abord falloir me prouver que vous méritez d’être ici.

Diana sort de la salle

Luisa : Elle est dingue. Qu’est-ce qui lui prend ?

Lola : Bah rien c’est elle qui a raison. On est vraiment mauvais.

Ingrid : Moi je suis catastrophique.

Luisa souffle.

 

[Théâtre de l’école]

Gaspard : Le professeur de chant n’est pas encore arrivé, alors est-ce que quelqu’un est disponible pour le remplacer ?

Diana : Je ne crois pas être suffisamment qualifiée pour ça.

Juan : Moi j’ai cours.

Adela : Désolée mais nous deux il faut qu’on prépare le spectacle, alors.

Gaspard : Je vois. C’est insensé, à quoi ça me sert d’être directeur des études ?

Cristobal : à te taper le sale boulot, tiens.

Diana accueille Marta dans la salle.

Diana : Quand vous voudrez.

Marta entre dans la salle et fixe Adela.

Gaspard : Vous avez deux minutes.

Marte monte sur scène et danse devant les professeurs.

Cristobal : C’est la meilleure de la matinée.

Adela : Elle est bien, très bien.

Diana : Et elle a de la technique.

Marta s’arrête de danser après quelques minutes.

Diana : Parfait. Vous dansez depuis combien de temps ?

Marta : Bah je n’’en sais rien. Je crois que je danse depuis que je tiens debout.

Diana : Très bien.

Marta s’approche d’Adela.

Marta : Excusez-moi ?

Soudain la sonnerie du téléphone d’Adela retentit.

Adela : Oh pardon.

Adela se lève de sa chaise et s’éloigne pour répondre à son appel.

Gaspard : Autre chose ?

Marta : Non, non rien.

Gaspard : S’il vous plait, dites au suivant de venir.

Marta ne lâche pas des yeux Adela et quitte la salle.

Juan : J’ai oublié la … la liste dans ma chambre. Je reviens.

Cristobal : Ah ah, la super excuse pour t’enfuir.

Juan quitte la salle et un autre candidat entre avec des flambeaux.

Candidat : Bonjour.

Gaspard : Bonjour. Oh bah c’est nouveau.

Le candidat exécute son tour mais il lâche un flambeau.

Diana : Attention au tissu !

Le tissu prend feu.

Diana : Attention ça prend feu vite !

Cristobal : Bon sang !

Cristobal saisit la veste de Gaspard.

Gaspard : Attends, non mais pas ma veste ! Ma veste !

Cristobal essaye d’éteindre le feu.

Cristobal : ça va aller.

Gaspard : Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es fou, tu ne vas quand même pas éteindre le feu avec ma veste.

Adela arrive avec l’extincteur.

Adela : Poussez-vous ! Attention !

Adela parvient à éteindre le feu avec l’extincteur.

Gaspard : Pour l’amour du ciel, donne-moi cette veste.

Cristobal à Adela : T’es impressionnante.

 

[Dans l’enceinte de l’école]

L’alarme incendie retentit.

Antonio : Ce n’est rien, ne vous affolez pas. Tout est en ordre. Le danger est passé, tout est sous contrôle.

Rafa : Moi je taille la route en tout cas.

Antonio : Puisque je vous dis que vous ne risquez plus rien du tout.

Pedro descend les escaliers.

Lola : Qu’est-ce qui se passe ?!

Pedro : Je n’en sais rien mais je crois qu’il faut qu’on sorte d’ici. Tu ne sais pas si Silvia est encore là ?

Lola : Comment veux-tu que je le sache, moi ?

Pedro : Bon je vais voir.

Carmen : Antonio s’il te plait, tu ne peux pas me débrancher cette alarme.

Antonio : L’ennuie c’est que lorsqu’elle se déclenche automatiquement, elle est équipé d’un relai qui nous empêche de la mettre hors circuit.

Carmen : Alors met la en miette avant qu’elle nous rend complètement fou.

Carmen entre dans la chambre de Juan.

Carmen : Juan, nous devons absolument …

Carmen surprend Juan et Ingrid en train de s’embrasser.

Carmen à Ingrid : Tu veux bien nous laisser seuls une seconde ?

Ingrid : Oui bien sûr.

Ingrid quitte la chambre. Carmen referme la porte derrière elle.

Carmen : Avec une élève, juan.

Juan : Ce n’est pas une élève, Carmen. Non, enfin je veux dire que pour moi c’est plus que ça.

Carmen : Et l’école ? Tu nous mets dans une situation délicate, tu en es conscient ? Ça ne me parait pas très professionnel comme habitude. Elle, elle est majeure, elle peut faire ce qui lui chante. Mais toi je veux que tu quittes la résidence.

Carmen sort de la chambre de Juan.

 

[Salle de musique]

Pedro attrape Silvia par le bras.

Pedro : Je t’ai cherché partout. J’étais inquiet.

Silvia : Il parait que c’était une fausse alerte.

Pedro : Peut-être. Je peux te dire que j’ai pensé à nous pendant tout l’été. J’ai été un imbécile.

Gaspard : Bonjour et bienvenue à tous. Asseyez-vous, s’il vous plaît.

Pedro : On en parle plus tard, d’accord ?

Silvia : Oui.

Tous les élèves s’assoient.

Roberto : Gaspard. C’est l’heure du cours de chant.

Gaspard : Oui je sais seulement il y a eu un contre temps. Le nouveau professeur de chant n’est pas encore arrivé alors c’est moi qui assure le cours aujourd’hui.

Luisa : Et Claudia ? Elle est malade ou quoi ?

Gaspard : ah non, non, non. Elle a convolé pendant l’été. Bien nous allons commencer, mais d’abord, pour voir a peut prés votre niveau, il me faut un volontaire.

Ingrid : Lance-toi Lola.

Lola : Non

Gaspard : Alors ? Personne ? Bon et bien dans ce cas Pedro, tu vas nous chanter quelque chose. C’est quand tu veux.

Pedro : Nacho, tu veux bien m’accompagner ?

Nacho : C’est parti.

Pedro chante sa chanson. Il regarde beaucoup Silvia. Lola et Roberto s’en aperçoivent et cela les énerve.

Gaspard : Bien. Très bien. Encore que tout soit susceptible d’être amélioré. Asseyez-vous. Aujourd’hui nous allons étudier la chanson exclusivement d’un point de vue scientifique.

Roberto : Elle est mignonne ta chanson. C’est le genre d’air dont Silvia raffole.

Pedro : Tu crois ?

Roberto : Oui. Cet été elle m’a fait écouter pleins de belles chansons d’amour. Ça la rend tellement romantique.

Pedro : Tu étais avec elle ?

Roberto : Je suis sortie, rester et revenue avec elle.

Pedro : Tu n’es qu’une belle ordure.

Roberto : Oui mais au moins je suis allé la chercher et elle a compris lequel de nous deux, tenait le plus à elle.

Pedro : Je vous donne deux jours.

Roberto : Dommage ça fait six semaines.

[Devant la salle de danse]

Cristobal à Marta : Les notes sont affichées là sur le tableau d’informations.

Marta : Merci.

Cristobal : Vous cherchez quelqu’un ?

Marta : Oui. Adela Ramos.

Cristobal : Ah ! Elle est là dans la salle des professeurs. Qui dois-je lui annoncer ?

Juan : Eh Cristobal !

Cristobal à Marta : Une minute.

Marta s’en va.

Juan : Pardon désolé. T’aurais une chambre pour moi, pour dormir ?

Cristobal : Non c’est fini, je n’ai plus de chambre. J’ai enlevé les murs, maintenant j’ai un loft.

Juan : Tu as bien un bout de divan ou une baignoire ?

Cristobal : Qu’est-ce qui se passe Juan ?

Juan : Rien, Carmen m’a viré de la résidence.

Cristobal : Je suppose qu’Ingrid en est pour quelque chose. Bon allez je t’héberge mais pas question de mettre les pieds sur le canapé, d’accord ?

Juan : Oh mais tu me connais.

Juan et Cristobal s’en vont.

Jeune homme au téléphone : Bien sûr qu’il y a beaucoup de gens mais je crois que je n’aurai pas de problèmes pour rentrer.

Lola percute le jeune homme.

Jeune homme : Pardon.

Lola : Non c’est ma faute, je ne regardai même pas où j’allais.

Jeune homme : Tu étudies à l’école ?

Lola : Oui en deuxième année.

Jeune homme : Ah c’est super.

Lola : Ton mobile.

Jeune homme : Quoi, tu veux téléphoner ?

Lola : Tu ne téléphonais pas à l’instant ?

Jeune homme : Oh oui c’est vrai ! Tu as raison !

Le jeune homme retourne à sa conversation téléphonique. Soudain la voix de Diana se fait entendre dans le microphone.

Diana : A tous les élèves de deuxième année, cessez toutes activités en cours et rendez-vous immédiatement en salle de danse.

Fille : Tiens c’est Diana.

Junior : shut.

Diana : Votre présence est obligatoire.

Roberto : Qu’est-ce qu’elle veut ?

Silvia : On va allez voir.

[Salle de danse]

Ingrid: On s’est dépêché pour rien la salle est vide.

Lola : Pedro, devine quoi ? Figure-toi qu’aujourd’hui, il y a la mélodie du bonheur qui repasse au cinéma. Ça te dit de venir le voir avec moi ?

Pedro : Non, non c’est gentil.

Lola : Allez, fait un effort gros paresseux. Ecoutes si tu viens, c’est moi qui offre les pop-corn, ça marche ?

Pedro : Arrête d’insister, d’accord ?

Lola : Comme tu voudras, on reste là mais tu me dis ce qui se passe, alors ?

Pedro : Tu veux vraiment le savoir ?! J’en ai assez de jouer les nounous alors débrouilles toi un peu toute seule ! C’est dingue ça.

Diana entre dans la salle.

Diana : Bonsoir, je vois que vous êtes tous là.

Elèves : Bonsoir.

Diana installe une balance au milieu de la salle.

Diana : J’ai vu ce matin que vous n’étiez pas en pleine forme. Aussi j’ai décidé de vous faire passer un test plus objectif. Vous allez vous déchausser et montez la dessus un par un. Junior, va s’y a toi l’honneur.

Junior monte sur la balance.

Diana : Tu as perdu 2 kilos.

Junior sourit.

Diana : Et ce n’est pas bien. Lola.

Lola s’avance.

Diana : Enlève tes chaussures.

Lola fait non de la tête.

Diana : C’est toi qui voit.

Lola monte sur la balance.

Diana : Au suivant !

Tous les élèves montent tour à tour sur la balance.

Diana : Je constate qu’à de très rares exceptions près, aucun de vos n’a pris le temps de faire les exercices que j’avais recommandé. Y compris toi Silvia. Par conséquent, vous m’envoyez désolée mais je vais devoir prendre des mesures. Demain votre cours comptera comme une épreuve et il faudra être admis pour rester en deuxième année.

Ingrid : Sinon quoi ?

Diana : Vous repasserez en première.

Roberto : ça ne serait pas juste, on est tous passez en deuxième année.

Diana : ça c’est demain que vous devrez me le démontrer. Soyez d’attaque.

Silvia : On n’a pas assez de temps pour préparer ce test

Luisa : Elle n’a pas le droit de faire ça

Roberto : D’abord elle dit n’importe quoi moi j’en ai fait de l’exercice pendant l’été

Lola : Oui moi aussi, j’ai nagé tous les jours.

 

[Rues de Madrid | Soir]

Cristobal : Tu as beau retourner le problème dans tous les sens. Ce n’est pas bien qu’un enseignant fréquente une élève.

Juan : Tu n’es pas gêné toi. Et ne me force pas à me rappeler avec qui.

Cristobal : Arrête tu ne vas pas comparer. Nous deux ce n’était pas sérieux

Juan : On a le droit de s’envoyez en l’air mais pas de tomber amoureux, c’est ça ?

Cristobal : En tout cas ça crée moins de problèmes

Juan : Bon allez fiche moi la paix Cristobal, tu ferais mieux de te chercher une nana et de me lâcher.

Cristobal : ça y’est j’en ai trouvé une.

Juan : Comment elle est ?

Cristobal : Trop vieille pour toi. Elle a 26 ans.

Juan : Dit donc il y a de l’animation dans le coin.

Cristobal : Oui tu as raison.

Policier : Désolé messieurs on ne passe pas.

Cristobal : L’ennuie c’est que j’habite ici, il y a un problème ?

Policier : Le plancher d’un appartement s’est effondré.

Cristobal : Mais vous savez à quel numéro ?

Policier : Oui au 26. Le locataire a fait des travaux et il a cassé les murs porteurs.

Cristobal : Oh non ! C’est mon appartement juan. Mes affaires, mon appartement et toutes mes affaires dedans. Oh juan c’est… c’est…

 

[Chambre de Lola et Ingrid]

Lola et Ingrid sont en train de faire du sport.

Lola : C’est terminé. C’est la dernière fois que je perds mon temps avec Pedro. A partir de maintenant je vais changer de comportement.

Ingrid : Comment ça ?

Lola : Pour commencer je suis bien décidée à perdre ce que toutes femmes doit perdre un jour.

Ingrid : Tu parles de ta virginité ?

Lola : C’est ça. Je vais m’en débarrasser une bonne fois pour toute. J’en ai marre de croire au prince charmant et à toutes ces âneries. Je vais faire comme toi.

Ingrid: Je suis censée le prendre comment ça au juste ?

Lola : Ce que je veux dire c’est que je ne laisserai plus passer la bonne occasion. La prochaine fois qu’un garçon me plait et moi je lui plais aussi. J’hésite plus je fonce !

Ingrid : bah ça me parait une très bonne idée

Lola : allez on s’y remet, pense à l’épreuve

Ingrid : ça ne sert à rien. De toute façon quoi que je fasse, elle ne va pas me rater.

Lola : Pas si tu danses bien. Va s’y continue

Lola : tu sais je m’inquiète beaucoup pour Juan.

Lola : mais pourquoi, toi tu n’y es pour rien dans tout ça

Ingrid : bah c’est ma faute s’il est à la rue. Peut-être qu’il vaut mieux que je quitte l’école.

Lola : ça va pas qu’est-ce que tu racontes ?

Ingrid : lui et moi on a passé des vacances inoubliables cet été et depuis qu’on est rentrés, c’est devenu un vrai cauchemar, je t’assure. Ça serait plus facile si je n’étais pas ici

Lola : tu n’as pas honte de penser des bêtises pareilles ? dit toi plutôt que … bah qu’il se sacrifie par amour. C’est tellement beau, comme dans les romans

Quelqu’un frappe à la porte des filles. Lola ouvre la porte.

Antonio : les filles, je regrette mais on a effectué des changements dans la répartition des chambres afin de pouvoir accueillir ceux de premières années.

Ingrid: on va nous séparer Antonio ?

Antonio : moi je dirais qu’on va vous rassembler au contraire. Vous allez être obligé de partager la chambre avec une de vos camarades de cours.

Silvia : coucou. Je me mets où ?

 

[Salle de classe]

Cristobal est en train de dormir. Les élèves entrent et le découvre.

Silvia : Qu’est-ce qu’il a ?

Roberto : je n’en sais rien. Il a l’air endormit.

Roberto tente de toucher Cristobal.

Ingrid : ne le touche pas. Si ça se trouve il travaille un nouveau pers.

Rafa : tu penses à qui là ?

Ingrid : la belle au bois dormant

Lola : moi je crois qu’il nous met à l’épreuve

Luisa : Et qu’est-ce qu’on doit faire ?

Lola : aucune idée.

Roberto : On a qu’à tous l’imiter.

Silvia : et faire semblant de dormir.

Roberto : bah ça ne devrait pas me demander beaucoup d’effort.

Les élèves rigolent puis s’allongent tous. Soudain Gaspard entre dans la salle.

Gaspard : Cristobal je …

Gaspard se dirige vers Cristobal.

Gaspard: Eh ! Cristobal.

Cristobal : Hein ? C’est pourquoi ?

Gaspard : mais qu’est-ce qui se passe ici ? J’aimerai que tu m’expliques.

Cristobal se réveille et découvre les élèves allongés.

Cristobal (bas aux élèves) : Eh ! Qu’est-ce que vous faites ?

Lola : la même chose que toi

Cristobal : Bon c’est bien. On s’arrête là. Super.

Tous les élèves se lèvent.

Cristobal : j’espère que cette fois, vous avez enfin compris la signification profonde du mot inerte. Parfait. Ça sera tout pour aujourd’hui.

Roberto : ce coup-ci on l’a bien eu.

Roberto : on est des petits futés.

Cristobal: A demain. (À Junior) Junior jolie performance. Bravo.

Les élèves sortent de la salle.

Gaspard : inerte ? C’est tout ce que tu as trouvé ?

Cristobal : je suis désolé, je me suis endormit gaspard.

Juan entre dans la salle.

Juan : non il n’y a pas moyens, j’ai trouvé aucuns volontaires pour nous héberger. Tant pis. Je vais essayer de me dégoter un petit hôtel.

Cristobal : C’est là qu’on comprend la signification profonde du mot ami.

Gaspard : oui … euh … je me disais que peut-être, enfin, si vous êtes vraiment dans le pétrin. Vous pourriez venir à la maison, non ?

Juan : ce n’est pas vrai !

Cristobal : merci gaspard

Gaspard : Non, non, non. Evitons de nous emballer. Il faudra établir des règles minimum de cohabitation.

Juan : d’accord

Cristobal : oui bien sûr c’est évident.

Gaspard : Par exemple pour commencer et par respect pour les copains, pas de relations sexuels.

Juan : ça va être l’enfer

Cristobal : c’est seulement pour quelques jours gaspard

Gaspard : justement c’est important. Il faudra également ranger et faire le ménage.

Gaspard et Cristobal regardent juan.

Juan : oui j’ai compris. Comme ça c’est clair. Ordre et sexe.

Gaspard : non.

Juan : mais sans sexe

Gaspard : voilà.

 

[Cafétéria]

Adela : et ton appartement, alors ?

Cristobal : quel appartement ? Il n’y a plus rien c’est une ruine

Adela : il y a bien quelqu’un qui est responsable de cette affaire ?

Adela et Cristobal s’installent à une table.

Cristobal : tu parles, le constructeur et les ouvriers ont disparus dans la nature. Il va falloir que je paye, j’imagine. Avec deux hypothèques sur le dos, je suis dedans jusqu’au coup.

Adela : quel horreur. Ecoute Cristobal si je peux t’aider, si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas surtout. Sauf bien sur si c’est d’argent.

Cristobal : eh bah alors tu ne me sers à rien. On ne pourrait pas un peu arrêter de parler de mon appartement, d’accord ? Ça me fiche le cafard cette histoire.

Adela : d’accord. Mais tu en a un beau t-shirt ! Tu es en pleine crise de nostalgie ou quoi ?

Cristobal : ça fait partie du peu que j’ai pu sauver. Ça et des skis.

Adela : parce que tu ski ?

Cristobal : non, non ils appartiennent surement au voisin du dessus. Au ça y’est ça recommence on en reparle.

Adela : oui tu as raison. Bon on va parler du spectacle, j’ai apporté quelques idées de travail.

Cristobal : tant que ce n’est pas la version musicale de tremblements de terre.

Adela : non, j’ai pensé à cabaret. Si tu es partant bien sûr ?

Cristobal : cabaret ? C’est intéressant comme concept.

Adela : oh arrête.

Cristobal : non mais je ne plaisante pas c’est une bonne idée.

Adela : ça te plait ? Alors tant mieux parce que j’ai tout : partitions, croquis pour les costumes versions originales.

Cristobal : ce que tu as surtout c’est un bronzage de croisière à ce que je vois.

Adela : oui sur le bateau il n’y avait pas grand-chose à faire à part de la bronzette et quelques emplettes.

Cristobal : il doit y avoir d’autres façons de passer le temps sur la croisière de l’amour, non ?

Adela : avec Carmen Arranz ?

Cristobal : comment ça avec Carmen ? Quel rapport avec la croisière de l’amour ?

Adela : Mais enfin c’est Carmen qui m’a invité. Tu ne le savais pas, peut-être ? Et bien maintenant tu es au courant.

Cristobal : quand tu m’as dit la croisière de l’amour, j’ai pensé …

Adela : désolé de te décevoir  mais il ne s’est rien passé d’excitant. Du moins je parle pour moi, bien sûr.

Cristobal : je ne suis pas certain de te suivre. Tu veux dire que Carmen … Oh avec le capitaine ça c’est sûr. Allez raconte- moi je veux des détails.

Adela : en résumé Carmen s’est apparemment découvert un intérêt soudain pour les choses de la mer.

Cristobal imite l’ange.

Adela : tu es doué.

Adela et Cristobal rigolent.

 

[Vestiaires]

Silvia : je regrette que tu l’es sut de cette façon.

Pedro : tu penses vraiment que je l’aurais mieux pris si je l’avais su autrement ?

Lola interpelle le garçon qu’elle a bousculé.

Lola : Eh il y a de la place ici.

Jeune homme : oh merci

Lola : détend toi, la première fois que je me suis déshabiller ici, moi aussi j’étais très mal à l’aise.

Jeune homme : ah oui ! Et ça t’es passé quand ?

Lola : ça ne m’est pas encore passé.

Marta à Pedro : tu peux me renseigner ? Vous avez cours avec Adela Ramos ?

Pedro : on vient de terminer, ouais

Marta : ah oui ? Et comment elle est ?

Roberto : c’est une coriace, il faut toujours que tout soit parfait avec elle.

Lola : mais elle est super comme professeur.

Ingrid : moi je l’a préfère sans fois à Diana.

Luisa : Diana est bien aussi, seulement elle a commencé trop fort pour nous.

Roberto : tu crois qu’elle peut vraiment nous faire baisser le niveau ?

Ingrid : elle n’est pas du genre a bluffer.

Silvia : ce n’est pas juste de nous faire ça maintenant. On devrait tous boycotter le test, vous ne trouvez pas ?

Pedro : bravo comme ça on se fait tous recaler et personne n’y gagne.

Ingrid : et si tout le monde baisser le niveau

Pedro : comment ça ?

Ingrid : en faisant exprès de danser de façon moyenne.

Lola : elle a raison, je doute qu’ils puissent nous renvoyez tous en première année.

Silvia : quelqu’un a une objection ?

 

[Salle de danse]

Les élèves dansent tous de façon moyenne. Diana arrête la musique.

Diana : qu’est qui se passe ?

Roberto : rien.

Diana : vous êtes soit malin soit idiot. Ou alors vous pensiez pouvoir me payer ma tête. Je me fiche complétement de tous vous recaler. Au contraire ça sera plus facile pour moi. Je donnerai deux cours de premières années et c’est tout.

Diana remet la musique.

Diana : Roberto, le fait d’être en deuxième année, ne t’empêche pas d’être expulsable exactement comme les autres.

Les élèves se mettent à danser. Une fois la chorégraphie finit Diana arrête la musique.

D : Bon. Erika, Luisa, Ingrid et Silvia. On se verra en cours de première année. Quant aux autres j’attends de vous beaucoup plus que ce que je viens de voir. Aujourd’hui je n’ai pas envie d’applaudir.

Roberto s’approche de Silvia.

Roberto : Je suis désolé.

Mais celle-ci ne lui répond pas et s’en va.

 

[Appartement de Gaspard]

Gaspard, Juan et Cristobal entrent dans l’appartement de Gaspard

Gaspard : Bon on y est. Mes amis entrez, vous êtes ici chez vous. Non juan attention avec le parquet, ça se salie comme un rien. Bon vous m’excuserez pour tout ce désordre mais comme j’ai été absent pratiquement deux mois.

Cristobal : on sait ce que c’est. Ne te fais pas de bile.

Juan : d’autant que ce n’est pas non plus un palace chez toi

Cristobal : mais Juan, tais toi.

Gaspard : quoi ?

Juan : non je disais que c’est évident on est dans la maison de quelqu’un qui aime l’art, ça se sent tout de suite.

Cristobal : ah oui puis surtout on voulait de remercier de nous héberger, ça ne durera que quelques jours.

Gaspard : rien ne presse, je vous l’ai dit vous êtes ici chez vous. Mais souvenez-vous quand même qu’il faudra respecter quelques règles.

Juan: oui bien sûr qu’on s’en souvient. Tu as dit pas de relations sexuelles ici. Zéro galipettes tant qu’on habite chez toi.

Cristobal : et aussi le ménage.

Un téléphone sonne.

Juan : ah c’est le mien.

Gaspard : je t’en prie.  (À Cristobal) En attendant je vais te montrer les chambres

Juan : Oui. Salut. Bah oui on n’a pas le choix, on va habiter chez lui pendant quelques jours. Evidement que j’ai envie d’être avec toi. La déco ? Comment dire comme gaspard. A son image. Comment ça tu es repassée en première année ? Tu t’es ramolli à ce point la pendant l’été ? Non ce n’est pas ce que je voulais dire. Non mais ce n’est pas ça mais demain je serai à l’école et je verrai ce que je peux faire en attendant. Bon sang il fallait bien que je trouve un endroit où dormir. Allo ? Allo ?

Juan raccroche

Cristobal : tout va bien ?

Juan : oui c’est rien il y a un souci à l’école.

Gaspard : à l’école ? Mais qu’est-ce qui se passe ce n’est pas grave ?

Juan : non c’est un problème personnel gaspard, rien qui te concerne. Je vois que tu as gardé une photo de ta femme enfin plutôt de ton ex.

Gaspard : oui parce que malgré  tous nos différents, elle reste quelqu’un de très important dans ma vie et je continue à penser que c’est une femme bien.

Cristobal : c’est normal tu n’as aucunes explications à nous fournir.

Le téléphone de Gaspard sonne.

Gaspard : Oh pardon.

Gaspard décroche.

Gaspard : allo. Oh bah ça alors on était justement en train de parler de toi. Oui. Quoi ? Non. Quelle lettre ? Non je n’ai pas encore ouvert le courrier et comme j’étais absent tout l’été … Mais qu’est-ce que … Mais je me fou … non, non, je n’ai pas l’intention de me calmer. Je me fiche pas mal de ce que le juge à décider tu m’entends. Je n’ai pas dit mon dernier mot ! Parfaitement c’est ce qu’on verra !

Gaspard raccroche.

Cristobal : Il y a un problème ?

Gaspard : le juge a attribué l’appartement à ma femme

[Devant la salle de danse]

Silvia : j’ai jamais eu aussi honte, devoir retourner chez les débutants. Ça ne m’était encore jamais arrivé un truc pareil.

Ingrid : plutôt galère comme rentrée. Au moins tu n’es pas toute seule, tu as de la chance ton mec est ici.

Silvia : tu parles d’une chance. Mon mec est un imbécile. Il nous a lâché au moment de l’épreuve. Et toi ? Comment tu te sens ?

Ingrid : juan me manque déjà. Cet été on a passé des vacances géniales tous les deux et voilà on revient ici et brusquement il redevient mon professeur. On passe nos journées à se méfier de tout et tout le monde. C’est l’enfer. Et le pire c’est la nuit, parce qu’il n’est plus là. 

Ingrid et Silvia observe Lola et le jeune homme.

Lola : bon alors ça s’est bien passé ? Tu seras reçu d’après toi ?

Jeune homme : oh j’espère bien que oui. C’est pour ça que je me suis préparé

Lola : en plus si jamais tu es admis à l’école tu vivras ici. Et ça serai super comme ça peut-être qu’on pourrait passer plus de temps ensemble.

Jeune homme : oui enfin ce n’est pas fait, il faut encore que je passe l’épreuve de danse et j’ai beau avoir travaillé dur on est jamais sûr de …

Lola aperçoit Pedro et embrasse le jeune homme.

Ingrid : Mais qu’est-ce qu’elle fait là ?

Jeune homme : tu m’as embrassé je n’ai pas rêvé ? C’est quoi ? Une blague que vous faites aux nouveaux une sorte de bizutages ?

Antonio : c’est bientôt l’heure on ferme les portes dans cinq minutes. Tous ceux qui ne résident pas à l’école doivent quitter les lieux jusqu’à demain.

Lola : bon bah à demain.

Lola fait un signe de la main au jeune homme et s’en va.

Ingrid : dit moi tu joues à quoi là ?

Lola : j’en sais rien c’est de l’improvisation. Mais il est mignon, non ? Je ne lui ai même pas demandé son nom.

Ingrid : Lola redescend sur terre. C’est une chose de perdre sa virginité, la brader en est une autre.

Lola se retourne vers le jeune homme pour lui faire un signe de la main.

Ingrid : c’est fini, oui !

Ingrid entraine Lola avec elle.

 

 [Devant la salle de profs]

Diana sort de la salle

Diana : attend Adela.

Adela : tu veux me parler ?

Diana : tu dois être contente, non ? Tu as récupéré le spectacle.

Adela : bon je comprends très bien que tu sois déçue Diana mais je tiens à te rappeler que cette décision de vient pas de moi.

Diana : je me suis toujours occupé de ce cours-là !

Carmen : justement il serait intéressant de laisser quelqu’un d’autre s’exprimer en la matière.

Diana : enfin Carmen pourquoi tu me fais ça ? Les profs de dansent modernes ont toujours mis en place les comédies musicales.

Carmen : je regrette, tu n’es guère en position d’exiger quoi que ce soit. L’an passé tu as abandonné l’école. Nous t’avons réintégré. Quelques temps après tu as recalé une élève pour des raisons extra-scolaires.

Marta : excusez-moi ? Je voudrais parler une minute à …

Carmen : un moment je n’ai pas fini.

Marta : pardon.

Carmen : tu vas devoir faire tes preuves si tu veux regagner ma confiance, Diana.

Diana : oui Carmen mais apparemment il y a des personnes ici qui ont toujours ta confiance sans avoir besoin de faire leurs preuves.

Carmen : affaire classée.

Diana retourne dans la salle des professeurs.

Marta à Adela : S’il vous plaît, Adela.

Adela : oui je vous écoute.

Marta : Adela c’est moi. Ta petite sœur.

Adela : tu es Marta ?

Marta prend Adela dans ses bras.

 

[Cafétéria]

Adela : Et comment tu m’a retrouvé ?

Marta : bah en fait je ne savais pas que tu enseigner ici. Je me suis présenter aux épreuves et hier j’ai vu ton nom inscrit sur les listes.

Adela : et dit moi, papa et maman ?

Marta : ils ne sont pas au courant. Enfin ils savent que je me suis présenté à l’école. Mais je ne leur ai rien dit te concernant.

Adela : je ne t’aurai pas reconnu. C’est normal après toutes ces années.

Marta : ça fait onze ans.

Adela : onze ans. C’est si loin. Tu n’étais qu’une petite fille. Alors en fin de compte tu as décidé de faire de la danse ?

Marta : mais oui. Comme toi.

Adela : ce n’est pas forcément une très bonne idée de vouloir être comme moi.

Marta : écoute-moi Adela. Je ne sais rien de ce qui s’est passé. Papa et maman ne parlaient pas beaucoup de toi. Mais ça m’est complétement égal. Tu es ma grande sœur. Ça fait un moment que je me prépare à rentrer ici. Ça n’a pas été facile crois-moi. Quand je n’avais pas trop le moral, je pensais souvent à toi et ça m’aidait à reprendre courage. La preuve regarde.

Marta sort une paire de pointe de son sac.

Marta : cette paire de pointes et à toi. Je les mets chaque fois que je vais à une épreuve. Parce qu’il me porte bonheur.

Adela : Marta je regrette tellement d’avoir disparu de ta vie.

Marta : arrête tu n’as pas à t’excuser pour ça

Adela : après ce que j’ai fait... Tu n’as aucune rancœur contre moi ?

Marta : mais pourquoi j’en aurai Adela ? J’ai enfin retrouvé ma sœur.

Adela : bon allez demain il reste des examens à passer. Tu dois te coucher tôt. Moi aussi d’ailleurs. Marta quand ça sera fini on reparlera de tout ça. Te revoir m’a un peu chamboulé, je dois me ressaisir.

Marta : surtout ne t’en fais pas pour ça. On aura tout le temps de parler maintenant. Au fait tu m’as vu danser. Comment tu m’as trouvé ?

Adela : bien. Très bien. Bon on se voit demain, d’accord ?

Adela et Marta se font la bise et Adela s’en va.

 

Générique de fin.

Kikavu ?

Au total, 22 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Annaelle19 
27.01.2018 vers 18h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

diana62800 
06.04.2017 vers 21h

Casey5102 
21.01.2017 vers 21h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Maudite 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Sortie de Fanny Gautier

Sortie de Fanny Gautier
Le 10 septembre dernier, Fanny Gautier (Alicia) était présente à la première du documentaire El...

Sortie de Silvia Marty

Sortie de Silvia Marty
Le 11 septembre dernier, Silvia Marty (Ingrid) était présente à la première du film Sordo à Madrid,...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Un nouveau sondage vient de vous être proposé par @cartegold ! Puisque la mode est aux reboot et...

Sortie de Miguel Angel Munoz

Sortie de Miguel Angel Munoz
Le 2 février dernier, Miguel Angel Munoz (Roberto) était présent à la soirée Goya Cinema Awards 2019...

Beatriz Luengo dans le jury de Destination Eurovision

Beatriz Luengo dans le jury de Destination Eurovision
L'actrice Beatriz Luengo (Lola) a annoncé sur son compte Instagram qu'elle sera jury lors de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Flora12, Hier à 15:24

Nouveau sondage sur le quartier Sanctuary, venez nombreux !

cinto, Hier à 18:49

Un nouveau titre pour Ma sorcière bien aimée? N'hésites pas à voir le sondage , à voter et à commenter. Merci pour votre passage.

cinto, Hier à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, Hier à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Aujourd'hui à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site